EPHEMERIDE

"ECRIRE C'EST S'APPROCHER LENTEMENT (A.D)

Dans deux cejourdhui  j'ai cité Cahier André Dhôtel n°19 | argoulAndré Dhôtel, ce poète et romancier, cette pépite, et pour ne citer que quelques avis (ci-dessous), un auteur qui mérite mieux que deux cejourd'huien passant... ( On connaît Le pays où l'on n'arrive jamais,(prix Fémina) La maison du bout du monde,mais il y  a bien une cinquantaine d'autres recueils et romans)

 

Traduit en japonais, Laoshu le fréquente depuis longtemps!

 

 André Dhôtel était Ardennais comme Rimbaud son voisin...

 

"A Roche, canton d’Attigny, bords de l’Aisne, cinquante kilomètres au sud de Charleville-Mézières, la famille Rimbaud possédait des terres et une ferme où le fils, de retour de Bruxelles au moment de la moisson, s’enferma dans une chambre et écrivit Une saison en enfer. C’était en 1873. André Dhôtel est né à Attigny en 1900. Son premier texte sur Arthur Rimbaud a paru dans Les Cahiers ardennaisen 1933. Il s’intitulait « L’œuvre logique de Rimbaud ». « Comment s’exprimer en littérature, se demandait-il, selon le western ou le jazz de La Nouvelle-Orléans ou les compositions incompréhensibles de Schubert ? » Réponse : « C’est Rimbaud qui m’a enseigné la méthode aberrante convenant à une nullité originelle. Cette méthode consiste à ne pas s’intéresser aux idées générales, à l’ordre, mais aux ruptures de l’ordre. Rimbaud et la révolte moderne, édition augmentée de ce texte, est une lecture de l’œuvre du poète par un jeune écrivain" 

(Dominique Dussidour)

 

 

Quelques avis

 

"André Dhôtel, créateur du plus étrange de nos univers romanesques...François Mauriac

Des aventuriers comme André Dhôtel, capables de s’abandonner, avec ferveur, à l’infini d’une page blanche ou à une vallée boisée, ça n’existe plus.
Jérôme Garcin

 

Je viens de lire trois livres [d’André Dhôtel]. J’y ai retrouvé un goût d’adolescence, le désir contradictoire de parvenir vite au dernier mot et de ralentir l’allure des phrases, tellement on est bien dans la cabane d’encre, sous le feuillage d’une voix . J’ai commandé cinq autres de [ses] livres à mon libraire. Et je les lirai. Tous. Et je ferai venir les autres ensuite. 
Christian Bobin

 

André Dhôtel, un écrivain rare qui mérite la plus grande attention.
(Maurice   Blanchot, « Le Journal des débats », 16 mars 1944)

André Dhôtel est notre Dickens.(Jean Paulhan, « La Tribune de Lausanne », bien avant le Femina de 1955)

Méfiez-vous de Dhôtel, aimait à dire Henri Thomas, méfiez-vous de sa redoutable 

André Dhôtel, l’un des seuls conteurs d’histoires digne de ce nom aujourd’hui. 
Philippe Jaccottet, « Feuille d’avis de la Béroche », entre 1956 et 1964)

Jean-Claude Pirotte, « Magazine littéraire », n° 198, sept. 1983. Dhôtel écrit comme il marche, à l’économie, mais prodigieusement attentif aux lueurs fugitives, aux sautes de vent, à la merveille fragile d’une fleur ou d’un champignon, à la forme imagée d’un nuage, aux signaux du hasard. C’est pourquoi tous ses livres invitent à la promenade, et tous ses personnages déambulent sous l’empire d’une active paresse, et d’une dévotion éblouie à la fable du monde 

 

Quelques pétales...

 

"Une chaise, une table, un lit
rien d'autre que la beauté
par-delà l'horizon d'automne
des grandes pluies qui tombent
sur les derniers chardons."

Automne, Poèmes comme ça

 

écouter...(ci-dessus)

vous ne le regretterez pas...

"poèmes comme ça"...(extraits)

 "La merveille n’est pas mon écriture, mais la lecture inespérée. »(Dhôtel)

 

"Je dirai je dirai

Mais les mots me manquent

Dès que je vois la prairie

Insolite et sans mesure..."

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.04 | 08:20

Emerger de notre vivier , aprés y avoir puiser toutes les émotions .
Ecrire , crypter ce vécu , cette traversée .....

...
10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
Vous aimez cette page