EPHEMERIDE

La lumière a changé

Cette année, l'automne ce ne sera que le 23 septembre. Ce jour-là, la durée de la nuit sera égale à la durée du jour. Le soleil se lèvera plein est et se couchera plein ouest La plupart du temps, la date de l'équinoxe tombe le 21 septembre, mais il arrive parfois que l'équinoxe se produise le 22, voire le 23 septembre. Cette année, l'équinoxe tombe le 23 septembre à 03h03 et 40 secondes heure française (05h03 en temps universel) selon l'Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Éphémérides. Ce décalage résulte du fait que la Terre tourne autour du soleil en 365 jours, 5 heures et 46 minutes, et non pas en 365 jours tout rond. La différence se cumule et le réajustement s'effectue à la fois par l'ajout d'un 29 février lors des années bissextiles (tous les 4 ans) et d'un à deux jours supplémentaires, certaines années, lors du solstice et de l'équinoxe.

 

Vivons cette fin d'été avechttp://www.livreshebdo.fr/sites/default/files/styles/article_principal/public/assets/images/jaccottet.jpg?itok=iD5npIl0Philippe Jaccottet:

 

Promenade de la fin de l'été

Nous avançons sur des rochers de coquillages, sur des socles bâtis de libellules et de sable, promeneurs amoureux surpris de leur leur propre voyage, corps provisoires, en ces rencontres périssables.

Repos d'une heure sur les basses tables de la terre. 
Paroles sans beaucoup d'écho. 
Lueurs de lierre. 
Nous marchons entourés des derniers oiseaux de

l'automne et la flamme invisible des années bourdonne sur le bois de nos corps. 
Reconnaissance néanmoins à ce vent dans les chênes qui ne se tait point.

En bas s'amasse l'épaisseur des morts anciens,

la précipitation de la poussière jadis claire,

la pétrification des papillons et des essaims,

en bas le cimetière de la graine et de la pierre,

les assises de nos amours, de nos regards et de nos

plaintes, le lit profond dont s'éloigne au soir toute crainte. 
Plus haut tremble ce qui résiste encore à la défaite,



plus haut brillent la feuille et les échos de quelque

fête; avant de s'enfoncer à leur tour dans les fondations, des martinets fulgurent au-dessus de nos maisons.

Puis vient enfin ce qui pourrait vaincre notre

détresse, l'air plus léger que l'air et sur les cimes la lumière, peut-être les propos d'un homme évoquant sa

jeunesse, entendus quand la nuit s'approche et qu'un vain

bruit de guerre pour la dixième fois vient déranger l'exhalaison des

champs.

 

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.04 | 08:20

Emerger de notre vivier , aprés y avoir puiser toutes les émotions .
Ecrire , crypter ce vécu , cette traversée .....

...
10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
Vous aimez cette page