EPHEMERIDE

COUTEAU SUISSE

Ludwig Hohl

est né le 9 avril 1904 à Netstal, dans le canton de Glaris. Avant de s'établir à Bienne en 1937 puis Genève, il vécut à Paris et à Vienne, puis aux Pays-Bas où il oeuvra dans la plus grande solitude spirituelle et dans une misère matérielle voulue. Cette traversée du désert lui fut nécessaire pour rédiger  Die Notizen, son livre le plus représentatif d'une pensée en mouvement, à la fois nerveuse, fulgurante et lucide.

Il reçu le Prix Schiller en 1970 et le prix Petrarque en 1980.

Ludwig Hohl décède le 3 novembre 1980 à Genève.

Ludwig Hohl, qui a voué son existence à la littérature, laisse une bibliographie assez maigre, avec deux pics:Ascension, un bref roman écrit et réécrit pendantune quarantaine d’années avant sa parution, en 1975, et Notesou De la réconciliation non-prématurée, un gros livre inclassable tenant du journal, de la philosophie et de la poésie

LE DECOUVRIR:

https://www.rts.ch/play/tv/redirect/detail/346854


Ascension-Hohl

 

"On voyait seulement, à la verticale, des lambeaux de ciel pâles et minables, piqués d'une étoile amoindrie  la masse noire de la montagne, emportée par le bouillonnement de ces nuées formidables, atteignait d'invraisemblables altitudes  là-haut, pas une crête sur un fond de ciel clair dont les pointes libres ne se détachent comme un appel : gigantesque, le corps de pierre de la montagne gisait là, conjugué avec l'éternité, l'univers était une chaudière fumante, terrifiante, inhumaine, et la voix d'Ull était la seule à appeler." LH

 

 

Un écrivain surtout connu pour "Notes" et pour tous les aphorismes qu'il écrivait ici ou là, mais ce petit roman est diablement bien ficelé / En définitive, on a le destin que l'on doit avoir, que l'on soit lâche et peureux ou que l'on soit conquérant et hardi. La montagne - le troisième personnage - ne fait pas de cadeau. (un lecteur)


NotesDans ses notes, apparemment couchées sur la page blanche, au hasard des sensations, il y a comme un lointain écho d’une ancienne sagesse, d'une vérité profonde effleurant l'indicible. (Le Monde)

« Je dois pêcher quand il y a du poisson – et non point quand tum’en laisses le temps, quand je m’en laisse le temps, etc. » (241) LH


Disponiblesen français:

-Chemin de Nuit, contes, L’Age d’Homme 1979 trad. Philippe Jacottet-Ascension, roman, Gallimard 1980, rééd. Attila 2007 trad. Luc Goustine-Impressions, récits, Le Passeur 1996 trad. Antonin Moeri-Et une nouvelle terre..., récit, Zoé 1996 trad. Antonin Moeri-Tous les hommes presque toujours s’imaginent, L’Aire 1981 trad. Walter Weideli-Nuances et détails, L’Aire 1984 trad. Etienne Barilier

  

 

 

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.04 | 08:20

Emerger de notre vivier , aprés y avoir puiser toutes les émotions .
Ecrire , crypter ce vécu , cette traversée .....

...
10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
Vous aimez cette page