EPHEMERIDE

Avec le plus vert des immortels

Le Secret (René De Obaldia) | À Voir www.annycejourdhui.fr...

avec RENE DE OBALDIA / POESIE / HUMOUR - BIEN LE
 BONJOUR D'ANDRERené de Obaldia cet immortel qui vient de mourir à... 103 ans.

Quelle belle énergie!


Le courant d'air

- Mais comment il est mort, maman?
Comment?

- Un courant-d'air, probablement.

- Et qu'est-ce-que ça veut dire
La mort?

-C'est pour rire, dis maman,

-C'est pour rire?

René de Obaldia (Les enfantines)


1/

L'écrivain et académicien René de Obaldia est mort à 103 ansPour Thé ou café, chez lui.

https://youtu.be/lVnpaXFnLUs

&

2/Obaldia poétise son grand âge. Il chante son centenaire. Il gambade dans son siècle. Et il pousse le raffinement jusqu’à publier un ultime petit livre où, pour annoncer son imminent grand départ, il laisse à d’autres écrivains le soin d’exprimer sa rieuse mélancolie et sa conviction qu’un pessimiste est un optimiste bien informé. Dans « Perles de vie » (Grasset), précieux collier de citations, il fait siennes les pensées d’Alphonse Allais : « L’ennui, lorsque je vais mourir, c’est que je vais me manquer » L'Obs

"Chers lecteurs,

Je vais bientôt me quitter. Oui, disparaître de cette planète. Et il m'est venu à l'idée, encouragé par mon cher éditeur, de rassembler moultes pensées, citations (la plupart méconnues), engrangées tout au long de mon existence, et de vous les léguer en héritage, dans l'espoir que pour vous aussi, elles seront source de réflexions, méditations, voire matière à rire et à pleurer.
« Tout au long de mon existence ». Existence riche en métamorphoses : poètes, romans, théâtre, mémoires (Exobiographie) aussi, de nombreux voyages. Oui, « Monsieur le Comte » a essuyé bien des longitudes et des latitudes.
Mais que ce soit à Ouagadougou, Florence, San Francisco ou Reykjavik, l'homme n'est-il pas soumis à l'incongruité de l'existence et, en fin de compte, infiniment pathétique ?
Certaines des ces citations m'ont bien sûr frappé plus que d'autres. Ainsi, de Fernando Pessoa : « Aujourd'hui, je me sens aussi lucide que si je n'existais pas » ; de Chesterton : « Les anges volent par ce qu'ils se prennent eux-mêmes à la légère » ; de Kafka : « J'ai peu de choses en commun avec moi-même » ; de Nerval : « Je voyage pour vérifier mes songes. »
Aussi, lors de ma réception à l'Académie française où je succédais à Julien Green, j'avais souligné comment celui-ci avait été hanté par le Malin, et m'était revenu à l'esprit le mot merveilleux de Cocteau : « Sans le Diable, Dieu n'aurait jamais atteint le grand public. »
Chers lecteurs, chers obaldiens, à vous, selon vos affinités, vos humeurs, de vous approprier une perle rare.
Je vais maintenant prendre congé de vous non sans vus gratifier cette fois d'un proverbe bantou : « Mon ami n'est pas mort puisque je vis encore. »

René de Obaldia (Perles de vie)

Supplément:


Boomerang

https://podcloud.fr/podcast/boomerang/episode/perles-dobaldia

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.04 | 08:20

Emerger de notre vivier , aprés y avoir puiser toutes les émotions .
Ecrire , crypter ce vécu , cette traversée .....

...
10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
Vous aimez cette page