EPHEMERIDE

Une pierre dans la ville

J-2 avant Noël > calendrier de l'Avent La citation du jour www.annycejourdhui.fr pioche dans la bibliothèque et sort...

Vues de Bordeaux : la tour Pey-Berland et la flèche Saint-Michel

Bordeaux la mémoire des pierres

Jean-Michel Dévésa

"Un homme de soixante-treize ans, François Lister, arpente Bordeaux à la recherche de sa jeunesse et de son premier amour, cinquante et un ans après l'avoir quitté. Il n'y croise que des spectres, réactivant ses souvenirs dans un quartier, Saint-Michel, qui n'est plus aux couleurs de l'Espagne républicaine de ses vingt ans. Rencontrée par hasard dans un café, Rosario Paradis s'attache immédiatement à lui. Elle s'escrime à rédiger une thèse d'histoire de l'art qu'elle finance par-delà le bien et le mal, entre peep-show et prostitution occasionnelle. Immergé dans sa mémoire, Lister comprend que, depuis Goya et sa Laitière de Bordeaux, c'est la même chimère qui parcourt la ville. Quand il saisit que pour lui l'heure a sonné d'embrasser la novia de la muerte, il rompt définitivement les amarres." (Mollat)

" Les pierres ne parlent pas parce qu'elles ne sont pas des signes, ce sont des traces et les hommes les font parler en lisant ces traces et en faisant de ces traces des signes." 

  LMDévésa.

Image dans Infobox.

Goya, La laitière de Bordeaux

signé

Le tailleur de pierre : Cathédrale Notre-Dame : Anvers (Antwerpen) : Province d'Anvers : Belgique : Routard.com

Tailleur de pierre

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
Vous aimez cette page