EPHEMERIDE

Quelle affaire!

 

530 idées de Heurtoirs de porte | heurtoir de porte, poignée de porte, porte fenetrewww.annycejourdhui.fr avec:

 

Hubert Felix Tiphaine

 

L'affaire Rimbaud

 


Arthur Rimbaud, l'exilé d'Abyssinie

 

 

 

La jambe de Rimbaud
De retour à Marseille
Comme un affreux cargo
Chargé d'étrons vermeils
Dérive en immondices
A travers les égouts
La beauté fut assise
Un soir sur ce genou
Horreur Harrar Arthur
& tu l'as injuriée
Horreur Harrar Arthur
Tu l'as trouvée amère
.../... la beauté ?
 
Une saison en enfer
Foudroie l'Abyssinie
Ô sorcière ô misère
Ô haine ô guerre, voici
Le temps des assassins
Que tu sponsorisas
En livrant tous ces flingues
Au royaume de Choa
Horreur Harrar Arthur
Ô Bentley ô châteaux
Horreur Harrar Arthur
Quelle âme, Arthur, est
.../... sans défaut ?
 
Les poètes aujourd'hui
Ont la farce plus tranquille
Quand ils chantent au profit
Des derniers Danakils
Juste une affaire d'honneur
Mouillée de quelques larmes
C'est quand même un des leurs
Qui fournissait les armes
Horreur Harrar Arthur
T'es vraiment d'outre-tombe
Horreur Harrar Arthur
& pas de commission
Horreur Harrar Arthur
& pas de cresson bleu

Horreur Harrar Arthur
Où la lumière pleut
 
HPT

"Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un festin où s'ouvraient tous les cœurs, où tous les vins coulaient. 
     Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. − Et je l'ai trouvée amère. − Et je l'ai injuriée.(...)
Arthur Rimbaud, Une saison en enfer
 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
Vous aimez cette page