EPHEMERIDE

Romantique


Les romantiques...

"Ils mettaient des tapis sous les pattes du vent 

   Ils accrochaient du crêpe aux voiles du printemps

              Les romantiques "

&

"Impossible de parler des plus belles peintures du romantisme sans citer le chef-d'œuvre de Francesco Hayez, peintre italien très présent à Milan, capable d'associer des récits politiques à des scènes d'une beauté incandescente. Que ce tableau soit devenu le manifeste du romantisme en Italie ne doit rien au hasard. Le peintre lui-même en a réalisé 3 versions différentes. Si, de prime abord, nous observons deux amoureux échangeant un baiser passionné qui reflète l'ardeur de la jeunesse, le signifié sous-jacent est bien plus vaste. L'union nationale, le patriotisme, l'engagement politique et militaire, sont autant de thèmes campés de façon allégorique dans cette peinture poignante."

Le baiser

Le Baiser par Francesco Hayez - Pinacothèque de Brera (Milan) 1859

https://www.youtube.com/watch?v=5FrZxHe97Pc

000

 Une allée du Luxembourg :

https://www.youtube.com/watch?v=BkUQ3RUsePM

Gérard de Nerval (1808-1855)

 

 

Elle a passé, la jeune fille
Vive et preste comme un oiseau
À la main une fleur qui brille,
À la bouche un refrain nouveau.
 
C'est peut-être la seule au monde
Dont le coeur au mien répondrait,
Qui venant dans ma nuit profonde
D'un seul regard l'éclaircirait !
 
Mais non, - ma jeunesse est finie...
Adieu, doux rayon qui m'as lui, -
Parfum, jeune fille, harmonie...
Le bonheur passait, - il a fui !
 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
Vous aimez cette page