EPHEMERIDE

Sourciers

Les sourciers

 

J'aime les sourciers qui percent les secrets de monde

Échappent aux croûtes mortelles, aux rigidités stériles,

Aux sècheresses exemplaires, à tout ce qui retient la vie

Et l’empêche de se transformer.

 

J’aime les sourciers qui savent prendre des risques,

Emprunter des chemins audacieux

Pour contourner le poids des murailles

Des habitudes et des morales 

 

J’aime les sourciers dans chaque groupe,

Dans chaque clan, dans chaque religion, dans chaque famille

Ils ont payé le prix fort pour que le sang circule,

Pour que la vie l’emporte, que l’eau irrigue les bras morts.

 

J’aime les sourciers et leur jeunesse,

J’aime leur descendance innombrable

Même s’ils n’ont pas eu d’enfants.

 

J’aime qu’ils brûlent leur vie,

Qu’ils ne comptent pour rien leur existence

Au regard de cela qui les sauve

Les rend impérissables,

A jamais fraternels.

 Les sourciers, poème de  Jean Lavoué, poète Breton…


Jean Lavoué est un auteur français, poète et essayiste et éditeur. Il est né le 25 mars 1955 au lieu-dit « Les Quatre-Croix » à La Fresnais, commune proche de Saint-Malo. Il vit aujourd’hui à Hennebont dans le Morbihan. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, récits, essais, recueils poétiques touchant notamment à la littérature et à la spiritualité. 
Sa poésie célèbre l'intériorité. 

C'est un sourcier que j'ai découvert parce qu'il a beaucoup écrit sur René Guy Cadou. 


René Guy Cadou

 

Celui qui entre par hasard
Dans la demeure d'un poète
Ne sait pas que les meubles
Ont pouvoir sur lui

Que chaque noeud du bois
Renferme davantage
De cris d'oiseaux
Que tout le coeur de la forêt


René Guy Cadou
Hélène ou le règne végétal

 





Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
Vous aimez cette page