EPHEMERIDE

HIVERNAL

 

"I vert

 

L’hiver 2021 s’engage sur des pistes glissantes. Janvier s’avance tel un tigre à l’affût. A Washington ça dérape jusque dans le Capitole, les oies en perdent leur latin et les voyelles rimbaldiennes, leurs  couleurs.

 

L’hiver est grippé.

 

Cependant… je roule en voiture, tôt ce matin, traverse le Gers qui pouffe de taffetas en nuages ; le spectacle est époustouflant : un cheval sculptural pose en plein champ, il se réchauffe dans un rayon pâle du soleil d’hiver. Je m’arrête. Je me nourris de cette image d’une grande beauté, sa robe velours brun tremble de lumière. C’est la saison du givre, tout se retire et se repose. Voici le long temps de germination avant l’éclosion printanière, quand les pas ne doivent avancer qu’avec précaution pour s’assurer de la fermeté du sol. Dans la justesse de nos démarches, chacun de nos actes s’ouvre à la juste marche à suivre. Il y a comme un abandon à la cristallisation quand la forme prend consistance. Je me souviens d’un paysage islandais, à Reykjavik, où, sur le lac gelé les cygnes noirs, dans la pénombre, s’insinuaient sur le sol blanc de glace bleue. C’est la magie du froid, quand le Yin amorce un nouveau cycle, dans ce tournant délicat où il ne faut rien déranger et laisser faire le mystère du vivant. Vers les quatre horizons de la terre, la force naturelle en appelle à l’évidence éblouissante de la naissance du Yang. C’est le regain tant espéré qu’il faut savoir attendre avec ferveur. Alors, dans une nouvelle alliance d’autres chemins s'ouvriront" (Anny C./Rébus)

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
Vous aimez cette page