EPHEMERIDE

Volets clos ?

 

Je parlais hier au soir, avec une amie, au téléphone, et nous devisions de nos nouvelles approches  des choses en cette période confinée que nous vivons, nous qui avons dépassé la trentaine!😁 Elle me disait que, parmi les sortes de rituels qu'elle vivait, elle aimait fermer les volets de sa maison le soir, quand tombe la nuit. Entre espace public et espace privé, entre masculin et féminin, la fenêtre, passage frontalier avec ses volets ailes de papillon, bat la mesure du temps.

Voici, en clin d' oeil, le texte de Francis Ponge:

    

Le volet

 

Volet plein qui bat le mur, c'est un drôle d'oiseau qu'un volet. 

Qui ne s'envole mie.

Et sedésarticule-t-il ? Non. Il s'articule. Et crie.

Par les gonds de son aile unique rectangulaire.

Et s'assomme comme un battoir sur le mur.

      Un drôle d'oiseau cloué. Cloué par son profil, ce qui est plus cruel ou qui sait ? 

Car ilpeut battre de l'aile. Et s'assommer à sa guise contre le mur. Faisant retenir l'air de ses cris et de ses coups de battoir.

      Vlan, deux fois.

      Mais quand il nous a assez fatigués, on le cloue alors grand ouvert ou tout à fait fermé.

Alors s'établit le silence, et la bataille est finie:

je ne vois plus rien à en dire.

Dieu merci, je ne suis donc pas sourd !

Quand j'ai ouvert mon volet ce matin, j'ai bien entendu son grincement, son cri et son coup debattoir. 

Et j'ai senti son poids.

 

Francis Ponge

Le parti pris des choses

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
Vous aimez cette page