EPHEMERIDE

Tel le Phénix, Eluard


Le phénix

 

Je suis le dernier sur ta route

Le dernier printemps la dernière neige

Le dernier combat pour ne pas mourir

Et nous voici plus bas et plus haut que jamais

 

Il y a de tout dans notre bûcher

Des pommes de pins des sarments

Mais aussi des fleurs plus fortes que l’eau

 

De la boue et de la rosée

 

La flamme est sous nos pieds la flamme nous couronne

A nos pieds des insectes des oiseaux des hommes

Vont s’envoler

 

Ceux qui volent vont se poser

 

Le ciel est clair la terre est sombre

Mais la fumée s’en va au ciel

Le ciel a perdu tous ces feux

 

La flamme est restée sur la terre

 

La flamme est la nuée de cœur

Et toutes les branches du sang

Elle chante notre air

 

Elle dissipe la buée de notre hiver

 

Nocturne et en horreur a flambé le chagrin

Les cendres ont fleuri en joie et en beauté

Nous tournons toujours le dos au couchant

 

Tout à la couleur de l’aurore

 

Paul Eluard

Selon la légende, quand il sentait venir la mort, le phénix édifiait un bûcher de branchages aromatiques ; il s’y brûlait et renaissait de ses cendres dans une nouvelle jeunesse.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

10.10 | 13:28

Aimer ne se négocie pas - oh que non. L'amitié non plus. Amour Amitié ces deux piliers de la vie - Merci Annie de si bellement nous le rappeler.

...
25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
Vous aimez cette page