Cartes postales postées

A MONTPELLIER, CORPS ET OMBRES

A Montpellier

 Chers amis,

 

Je hante le musée Fabre à travers les ombres du Caravage, guidée par la lumière de ses toiles. Je suis le mouvement des rouges des emmanchures  dans le soleil en chair et en or des corps dévoilés.La mort surprend comme dans la vraie vie, le peintre tranche dans le vif. Plus rien à dire. C’est le sang d’Holopherne, le dernier souffle de Marie.Ce ne sont pourtant pas des photos, ce n’est pourtant pas un reportage.Pourtant…dans le noir que de lumière !

Les Soulages de l’étage supérieur sont aux anges !

Frères humains…

Le temps s’arrête.

Un visage infiniment doux emplit la salle où je me trouve ; il émane de lui  paix et abandon comme de celui de l’ange au sourire de Reims ou de celui de  La Scapiliata de Léonard de Vinci.

Anges divins…

 Je ne peux le quitter : Ecce Home 1605/1606.

 Cet homme est l’homme sans égal : sa face  caressée  d’ombre soyeuse et ses yeux mi - clos laissent entrer la lumière divine dans son cœur, son corps est si clair et si jeune …Les liens nouent ses poignets las. Eloge de l’acceptation. 

« Ils ne savent pas ce qu’ils font »

Troublée de douceur, je garde un souvenir ardent des autres toiles intenses, vives, mystérieuses, mais je sors avec cette empreinte dans l’âme et je marche songeuse sur la promenade, croise un autre homme qui parle à son téléphone, dit qu’il va se suicider, qu’il n’a pas un sou pour aller à l’enterrement de sa mère dans l’Ardèche…

J’ouvre ma bourse, que faire d’autre ? L’homme s’en va. Où s’en va l’homme ?  Mon trouble se trouble alors et LE VOLEUR A LA TIRE de BRUGHEL L'ANCIEN s'impose!

Je reviens au musée pour retrouver mon premier trouble et je sursaute avec LE JEUNE GARCON MORDU PAR LE SERPENT du CARAVAGE!

Je ne sais plus ce que je fais !

 

 

Ecce Home 1605/1606.

 

Cet homme est l’homme sans égal : sa face  caressée  d’ombre soyeuse et ses yeux mi - clos laissent entrer la lumière divine dans son cœur, son corps est si clair et si jeune …

Les liens nouent ses poignets las.

 Eloge de l’acceptation. 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
19.05 | 17:23

Suite - … Je le trouve nettement plus fort par rapport à sa forme interrogative. Merci . marc

C'est tout..........,

...
Vous aimez cette page