Cartes postales postées

CARTE POSTALE D'UNE ESCAPADE DU CÔTE DE CHEZ MONTESQUIEU

 

Après Montaigne, Montesquieu, après La Tour, le Château, après le XVI ème siècle, le XVIII ème, après un esprit libre, un esprit éclairé et toujours des esprits lumineux!

Pour l’heure, nous avons rendez-vous au château de La Brède, par un petit matin de Mai, un peu gris mais enveloppant. Le château repose là depuis des siècles, bien assis dans ses douves, tel un bateau ancré, harmonieux et fier.
Le groupe des 23 amis que nous sommes est invité à passer la grille, (comme le baron le faisait si souvent) et à traverser le parc pour rejoindre la bâtisse dont le philosophe avait hérité,de la branche féminine de sa famille, du côté de sa mère donc, de lointaine origine anglaise.
C’est émouvant de marcher en silence et à pas comptés dans la longue allée avant de pouvoir lire les citations d’Horace gravées à l’extérieur du château :

 

"O Rus Quando te Aspiciam"

     O campagne, quand te reverrai-je ?

 

"Delicias Domini !"

     Les délices du maître !

 

"Assidue Veniebat"

     Il venait souvent

 

Tout est dit.

L’homme de terroir, "le gentleman farmer" qui aimait Paris mais épingla une société déjà décadente, transposant finement les railleries des parisiens (au sujet de son accent par exemple), leur « Comment peut on être Gascon ? » en « Comment peut on être Persan ? » dans ses fameuses Lettres Persanes, aimait revenir ici.

C’est donc avec la clef de l’humour  que nous pénétrons dans le château encore tout vibrant de sa présence. C’est... très « habité » !

Il est vrai que la dernière descendante ne l’a quitté qu’en 2004 !

Bien sûr, il y a eu des modifications au cours du temps, mais on a l’impression qu’au détour d’un couloir, on pourrait rencontrer Charles Louis ou bien que nous sommes entrés pendant un de ses nombreux voyages...

Par les fenêtres de sa chambre, j’entrevois la campagne et je comprends qu’il ait pu dire : « La Nature s’y trouve dans sa robe de chambre et au lever du lit »

Et puis...il y a la vaste bibliothèque avec sa fresque du XVème, vide désormais de ses 5000 volumes légués à la Bibliothèque de Bordeaux et qui me rappelle la Tour de Michel de Montaigne dont un portrait est accroché à un mur du rez de chaussée.
Les deux bibliothèques sont vides mais Les Essais, Les Lettres Persanes et l’Esprit des Lois, sont toujours pleins d'intelligence et de sagesse.

Et enfin... il y a le vin, car Montesquieu a célébré le vin !Malicieusement, il se demandait si on lisait ses livres grâce à son vin ou si on buvait son vin grâce à ses livres !

Quoiqu’il en soit, nous, nous dégustons un délicieux Graves au château de La Blancherie qui garde la mémoire de Montesquieu enfant au sein de sa nourrice. La cuvée que nous buvons s’appelle Le Berceau !

Tout cela est joyeux, le repas qui suit, étayé d’un petit jeu de citations pièges est le bienvenu car notre appétit s’est vraiment ouvert: l'esprit des lumières, ça creuse!
Entre gens de bonne compagnie le temps passe vite et c’est déjà l’heure d’aller au Domaine de Grenade parmi les rhododendrons et quels rhododendrons !
Là,  c’est la fête de tous les tons de violets qui se mirent dans des miroirs aux nymphéas blancs et en plus, c’est une forêt plantée par l'arrière petite nièce de Chateaubriand...alors, comment ne pas vous écrire cette carte postale, depuis ces lieux inspirés ?

 

 

 

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

02.11 | 07:51

Georges Brassens et sa poésie... pourquoi pas comme thème d’un atelier d’écriture ?...
Merci Anny pour ce texte prouvant son éternité...

...
15.10 | 08:05

Merci Marc pour cette pépite sauvée au temps.

...
14.10 | 10:21

Bonjour Any,

Une nouvelle pépite, que vous connaissez peut être - "Lettre d'une inconnue" - de Stefan Zwieg....

Bon dimanche ,

marc

...
25.09 | 17:16

Merci CHristine fidèle amie

...
Vous aimez cette page