Mes Poèmes au fil des jours et des nuits/tous droits réservés

Point d'or


Dans un présent méconnu,
accoucher d’un présent reconnu.

Le deuil du passé entrouvre une ligne d’horizon : à travers les persiennes, parmi l’entrelacs des branches du bel arbre du jardin, un peintre invisible peint la lumière de l’aube joliment fanée parce que c’est l’automne.

Et les ombres grisent tous les bleus.

Ce matin les érables flamboient sur la palette éblouissante de leur chant du cygne ; entre leur grenat soleil couchant et leur rouge brillance dentelée de verts décalés, fuse jusqu’au vertige l’or du ginkgo biloba.

Et le crépuscule incertain diffusera les louanges du jour accompli.

Dans le train de nuit
Les corps bercent
Des valises de rêves

Et les noirs velours brodent les bruyères.

Les aubes sont propices, ébouriffées de songes puits de jour au cœur de la nuit. Le réel fulgure.

Et les heures délurées.

Un soleil.



inédit




Anny C.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
19.05 | 17:23

Suite - … Je le trouve nettement plus fort par rapport à sa forme interrogative. Merci . marc

C'est tout..........,

...
Vous aimez cette page