EPHEMERIDE

Proust à bicyclette

 

 

"Ma pivoine grenat birman  préside aujourd’hui à la lecture silencieuse que je suis en train de faire d’un passage de La Recherche, tout en l’écoutant, lu par un comédien de la Comédie française : « …dans nos vies, les jours ne sont pas égaux. Pour parcourir les jours, les natures un peu nerveuses, comme était la mienne, disposent, comme les voitures automobiles, de « vitesses » différentes. Il y a des jours montueux et malaisés qu’on met un temps infini à gravir et des jours en pente qui se laissent descendre à fond de train en chantant ». 

Soudain, comme en pédalant aisément en côte sur un vélo électrique, une sorte d’ivresse donne agréablement des ailes à ma lecture accompagnée, je me sens gravir le texte avec une vraie légèreté enivrante qui rend tout à coup ma pivoine plus lie de vin que grenat. 

Le vrai voyage, me chuchote Marcel, ce n'est pas de chercher de nouveaux paysages, mais de nouveaux regards."

 

Anny C. et  Marcel P.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
Vous aimez cette page