EPHEMERIDE

Je passais par hasard

 

« -Je passais par hasard, je passais pour te voir…il fait bon chez toi, est-ce que je garde le masque ?

-Non, nous ne sommes que deux, nous gardons simplement la distance. J’ai fait une grande sieste, mes nuits sont étranges. J’étais en train d’allumer le feu, nous allons boire un thé.

Les rencontres, en ce temps confiné, se font plus intimes, les groupes s’agitent plutôt sur les réseaux sociaux. Nous bavardons, comme lors des visites d’autrefois, les napperons en dentelles sortent des armoires cirées. Le charme de l’ancien flirte avec les temps présents. Que préférons-nous désormais: ces solitudes habitées ou les anciens cocktails très courus ? Devenons-nous  fléaux de balances ou bien fléaux tout court, instruments de la colère divine?"   Anny C.(in REBUS inédit)

 

Claude Monet 

 

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

25.01 | 07:56

MAGISTRAL, DEVOS

...
06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
Vous aimez cette page