EPHEMERIDE

La poésie nobélisée

 Louise GLÜCK, (née le 22 avril 1943 à New York) est une poétesse américaine. Primée à plusieurs reprises, elle est lauréateC'est quoi un prix Nobel ? | La fabuleuse Classe de 5ème du prix Nobel de littérature en 2020. 

On s'attendait à des noms mieux connus, certains font la grimace, mais...je suis allée voir un peu qui est cette poétesse inconnue ici mais bien connue et récompensée aux USA.

 

 
L’IRIS SAUVAGE
 
Au bout de ma douleur
il y avait une porte.
Écoute-moi bien : ce que tu appelles la mort,
je m’en souviens.
En haut, des bruits, le bruissement des branches de pin.
Puis plus rien. Le soleil pâle
vacilla sur la surface sèche.
C’est une chose terrible que de survivre
comme conscience
enterrée dans la terre sombre.
Puis ce fut terminé : ce que tu crains, être
une âme et incapable
de parler prenant brutalement fin, la terre raide
pliant un peu. Et ce que je crus être
des oiseaux sautillant dans les petits arbustes.
Toi qui ne te souviens pas
du passage depuis l’autre monde
je te dis que je pouvais de nouveau parler : tout ce qui
revient de l’oubli revient
pour trouver une voix :
du centre de ma vie surgit
une grande fontaine, ombres
bleu foncé sur eau marine azurée.
 

Louise Gluck The Wild Iris. New York : Ecco Press, 1992)

 

Elle dit:

"Je suis attirée par les ellipses, les non-dits, les suggestions, les silences éloquents et délibérés. Le non-dit, pour moi, est doté d'un grand pouvoir. Souvent, je souhaite qu'un poème entier puisse être écrit dans ce vocabulaire. C'est la même chose avec le "non-vu". Je pense par exemple à l'extraordinaire puissance des ruines, des œuvres d'art endommagées ou inachevées.
 Louise Glück dans un article de 1993 intitulé "Disruption, hesitation, silence"

                                                                      Alors,  la découvrir au fil des traductions fait vraiment envie ...tilt pour moi! La poésie sauvera-t-elle le monde?

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
19.05 | 17:23

Suite - … Je le trouve nettement plus fort par rapport à sa forme interrogative. Merci . marc

C'est tout..........,

...
Vous aimez cette page