EPHEMERIDE

Tisser sa toile

  

                           " Il n’y a que maille qui m’aille

 

Les rais de lumière strient les ciels de l’été comme ils strient un Soulages. Le peintre lance régulièrement son filet pour capter la lumière.

 Eté 1929 : dans la chambre de l’Amant de MD, le noir estompe la lumière vive du jour, elle, « elle est très attentive à l’extérieur, à la lumière, au vacarme de la ville dans laquelle la chambre est immergée. Lui, il tremble.» 

 Comme tremble le désir.

 Mains ouvertes revenues de rives inconnues

Délivrées de la peur par le vif appelées

 Eté 2020 : l’envie de se délivrer de la peur d’être contaminé(e), de passer à travers les mailles du filet du virus qui volète de – ci, de –là, et continue à faire parler de lui en sourdine et jaser dans les medias, semble avoir mis au premier plan le seul désir d’être vivant. Eros avance-t-il masqué ?

Il y a aussi du déni dans l’air. On ne sait plus trop où on en est des risques encourus. Attention ! En Mayenne, il y a des clusters, en Gironde, il y aurait une vulnérabilité modérée, des files incessantes de voitures roulent vers l’océan, les terrasses se remplissent, on déguste des cornets glacés, la plage est envahie !

 « Lorsque je lève les yeux, je rencontre le ciel et je me dis mon Dieu, mais c’est sensationnel, tant de bleu ! » comme le chante Piaf

 A Lacanau - océan, j’ai  rencontré un tableau accroché à ce ciel comme frère d’armes.

 

 "tabeau Bleu/ Nadia Benabbas"

 

Extrait de "L'improbable été 2020" ANNY C.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
19.05 | 17:23

Suite - … Je le trouve nettement plus fort par rapport à sa forme interrogative. Merci . marc

C'est tout..........,

...
Vous aimez cette page