EPHEMERIDE

L'eau fraîche dans les mains
"La Poésie ressuscite le sacré"

Eugène Guillevic



Tenir

Tout ce qu’on a tenu
Dans ses mains réunies :

Le caillou, l’herbe sèche,
L’insecte qui vivra,

Pour leur parler un peu,
Pour donner amitié

À soi-même, à cela

Qu’on avait dans les paumes,

Que l’on voulait garder
Pour s’en aller ensemble

Au long de ce moment
Qui n’en finissait pas.

Tout ce qu’on a tenu
Dans ses mains rassemblées

Pour ajouter un poids
De confiance et d’appel,

Pour jurer sous le ciel
Que se perdre est facile.

Tout ce qu’on a tenu :
L’eau fraîche dans les mains,

Le sable, des pétales,

La feuille, une autre main,

Ce qui pesait longtemps,
Qui ne pouvait peser,

Le rayon de lumière,
La puissance du vent,

On aura tout tenu

Dans les mains rapprochées.

(Sphère, 1963, Poésie/Gallimard)
GUILLEVIC

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
19.05 | 17:23

Suite - … Je le trouve nettement plus fort par rapport à sa forme interrogative. Merci . marc

C'est tout..........,

...
Vous aimez cette page