EPHEMERIDE

comme un brin de paille dans l'étable

"L'espoir luit comme un brin de sa paille dans l'étable"aurait pu de nouveau dire Verlaine aprèsLGL de hier au soir...

En effet, si vous avez regardé La grand librairie hier au soir...n'ouvrez pas le lien,sinon et si vous avez un peu de temps vous découvrirez des auteurs courageux, à contre sens de l'air ambiant: cette émission n'était pas banale: François Busnel, me semble-t-il, a été  troublé par Andrei Makine qui , en le regardant en face lui dit:"vous aussi vous aimeriez partir" (Rimbaud riait sous cape), quant à la poésie de Joseph Ponthus,dans "A la ligne" c'est un coup de poing dans l'eau froide(!)et même de soleil dirait Sagan, et puis ce titre "Changer le sens des rivières" de Murielle Magellan est tout un programme...bref, c'était pas mal du tout...il y avait de la sincérité dans l'air...une pulsion de vie!

  https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-11/880881-la-grande-librairie.html

 

 

EXTRAIT de " A la ligne" de Joseph Ponthus

 

 

"Sur le chemin de Paris à Chartres un homme fait le pèlerinage et croise un travailleur affairé à casser des pierres

Que faites-vous

Mon boulot


Casser des cailloux

De la merde

J’ai plus de dos

Un truc de chien

Devrait pas être permis

Autant crever

Des kilomètres plus loin un deuxième occupé au même chantier

Même question

Je bosse

J’ai une famille à nourrir

C’est un peu dur

C’est comme ça et c’est déjà bien d’avoir du boulot

C’est le principal

Plus loin

Avant Chartres

Un troisième homme

Visage radieux

Que faites-vous


Je construis une cathédrale

 

Puissent mes crevettes et mes poissons être mes pierres"

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
19.05 | 17:23

Suite - … Je le trouve nettement plus fort par rapport à sa forme interrogative. Merci . marc

C'est tout..........,

...
Vous aimez cette page