EPHEMERIDE

La dame du Palais Royal

J'ai déjà envoyé un cejourdhui sur Colette mais j'y reviens un peu avec quelques documents qui montrent Colette au delà de la période du film.

Colette est tendance!

En fait, cela fait quelques temps déjà qu'elle intéresse de nouveau pas mal d'intellectuels, d'universitaires ou de fans.

"Plus jeune et plus prisée que jamais, la dame du Palais-Royal ! Alors que sa maison natale vient d'être sauvée, les Cahiers de l'Herne saluent la renaissance de l'auteur de Chéri et du Blé en herbe." (L'express)

"Il n'y a pas si longtemps, aimer Colette vous coûtait cher en quolibets et regards dédaigneux. La lire avec gourmandise passait au mieux pour une lubie vintage, au pis pour un travers provincial.  . Elle était la cible privilégiée des misogynes, des anorexiques, des masochistes, des pisse-vinaigre et des allergiques au poil de chat. Par quel miracle les choses ont-elles changé? Mystère des modes et des disgrâces, voici que l'auteur de «Chéri» est devenu tendance. " L'Obs.

Ici Jean Marais lit et parle d'elle:

https://www.ina.fr/video/I00012088

Intéressants :

ARTE: la Bourgogne

 

https://www.arte.tv/fr/videos/081013-003-A/la-bourgogne-le-petit-pays-de-colette/

Arte: Colette en baie de Somme.

https://www.arte.tv/fr/videos/087169-000-A/colette-enfin-libre-en-baie-de-somme/

Et, revenons au texte :

 

EN BAIE DE SOMME



Ce doux pays, plat et blond, serait-il moins simple que je l’ai cru d’abord ? J’y découvre des mœurs bizarres : on y pêche en voiture, on y chasse en bateau […] Étrange, pour qui ignore que le gibier s’aventure au-dessus de la baie et la traverse, du Hourdel au Crotoy, du Crotoy à Saint-Valery ; étrange, pour qui n’a pas grimpé dans une de ces carrioles à larges roues, qui mènent les pêcheurs tout le long des vingt-cinq kilomètres de la plage, à la rencontre de la mer…
[…] le soleil peut se coucher tranquillement au-delà de la baie de Somme, désert humide et plat où la mer, en se retirant, a laissé des lacs oblongs, des flaques rondes, des canaux vermeils où baignent les rayons horizontaux… La dune est mauve, avec une rare chevelure d’herbe bleuâtre, des oasis de liserons délicats dont le vent déchire, dès leur éclosion, la jupe-parapluie veinée de rose…
Les chardons de sable, en tôle azurée, se mêlent à l’arrête-bœuf, qui pique d’une épine si courte qu’on ne se méfie pas de lui. Flore pauvre et dure, qui ne se fane guère et brave le vent et la vague salée […]
Pourtant, çà et là, verdit la criste-marine, grasse, juteuse, acidulée, chair vive et tendre de ces dunes pâles comme la neige… […]
La baie de Somme, humide encore, mire sombrement un ciel égyptien, framboise, turquoise et cendre verte. La mer est partie si loin qu’elle ne reviendra peut-être plus jamais ? Si, elle reviendra, traîtresse et furtive comme je la connais ici. On ne pense jamais à elle. On lit sur le sable, on joue, on dort, face au ciel, jusqu’au moment où une langue froide, insinuée entre vos orteils, vous arrache un cri nerveux : la mer est là, toute plate, elle a couvert ses vingt kilomètres de plage avec une vitesse silencieuse de serpent. Avant qu’on l’ait prévue, elle a mouillé le livre, noirci la jupe blanche, noyé le jeu de croquet et le tennis. Cinq minutes encore, et là voilà qui bat le mur de la terrasse, d’un flac-flac doux et rapide, d’un mouvement soumis et content de chienne qui remue la queue…
Un oiseau noir jaillit du couchant, flèche lancée par le soleil qui meurt. Il passe au dessus de ma tête avec un crissement de soie tendue et se change, contre l’est obscur, en goéland de neige…



Colette, « En baie de Somme », « Partie de pêche », Les Vrilles de la vigne, Romans, récits, souvenirs (1900-1919), Robert Laffont, Collection « Bouquins », I, pp. 673-674. 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
19.05 | 17:23

Suite - … Je le trouve nettement plus fort par rapport à sa forme interrogative. Merci . marc

C'est tout..........,

...
Vous aimez cette page