EPHEMERIDE

Sens averse
J’aime aller dans la rue avec en tête un chant
Chant de petit oiseau qui possède en son cœur
En son cœur minuscule un très gros nuage lourd
Un énorme nuage comme un hippopotame
Un hippopo tellement gonflé de l’eau des fleuves
L’eau des fleuves dont il est le cheval impensable
Le cheval impossible dans une tête de fauvette
Dans une tête de linotte ou de bergeronnette
Bergère honnête aimant son ciel plein de moutons
Écoute s’il pleut écoute et goûte ma chanson
La chanson sortie de ma caboche qui grelotte
En forme de souvenir en forme de poire
Poire de ma soif d’aller sous les nues par les rues
Quand la vie minuscule semble vivable encore.

(en pensant à Christian Bachelin, Pierre Michon, EriK Satie)
Valérie Rouzeau
Sens averse
VALERIE ROUZEAU

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

06.08 | 15:40

Bonjour Anne Marie,

Quel plaisir d'écouter Pascal Quignard, que je n'ai jamais réussi à lire, je vais essayer à nouveau avec "l'Homme au trois lettres".

marc

...
13.07 | 17:23

plus de cejourdhui! horreur et damnation, poussée de fièvre; je n'avais pas vu ce dernier et me consolais dans Talents et en égrenant tes délicieuses arilles

...
29.01 | 10:27

pensées éphémères - non non non elles restent gravées dans les coeurs de + en + profondes avec le temps qui passe Rose-Marie

...
19.05 | 17:23

Suite - … Je le trouve nettement plus fort par rapport à sa forme interrogative. Merci . marc

C'est tout..........,

...
Vous aimez cette page