EPHEMERIDE

 

           

        

Destination

 

Résultat de recherche d'images pour "camille claudel mains"

 

L’amer de la main douce s’en va

Glacis de feux ouverts en arc sur l’Autre converti

Cercle irisé au centre irradiant

Descendu vers l’aube nichée

A l’orée des vaisseaux

A l'aune de l'amour

Mains-éventails en nage dans les eaux

Qui rient dans les confins d’ors éclatés en grenades

De sanglots

Pépites

Palpitantes

Embrasées plus encore

A la rencontre des possibles

Au creuset de l’instant.


Anne-Marie Carrère

 

Texte édité dans les revue "Pleut-il", et sur "Francopolis"

et paru "Dans le terreau de ma langue"

 

 

Marie-Claire Bancquart


L'autoportrait que je préférerais, ce serait un portrait à la manière d'Arcimboldo, où figureraient le chat, la pomme, le merle , un plan de Paris, des ruines romaines, quelques photographies aimées, un très grand châtaignier, un disque réunissant bien des musiques, une tomate, un livre fait de pages prises à plusieurs livres, ....des choses réputées humbles mêlées aux chefs-d'oeuvre , et tout cela formant une interrogation sur le destin, essayant de se faire une place dans le cosmos. J'essaie depuis longtemps de le faire, ce portrait, que j'écrive des poèmes, des romans, ou des études sur la littérature . Il est toujours en route. Je vois bien qu'il y faut en outre quelques touches d'état -civil . Née en 1932. Longue et dure maladie, séparations, et la guerre :mon enfance et ma première jeunesse ne m'ont pas aimée. Je le leur rends bien. Mais elles m'ont servi de révulsif. Études de lettres; Normale Supérieure; enseignement dans diverses universités. Je suis actuellement professeur émérite à la Sorbonne. Depuis un demi-siècle, la vie ne va pas sans mon mari Alain, compositeur de musique. Des livres et articles sur Paris et les écrivains, sur la période littéraire 1880-1914, sur la poésie contemporaine. Et les romans , les poèmes : voir liste jointe. Écrire, ce n'est pas seulement chercher un art de vivre, mais aussi se livrer à un long travail sur la langue ( justesse, brièveté, silences, intensité), qui à son tour retentit sur la vie. J'aime la poésie, parce qu'elle est spécialement cette " langue dans la langue", dont nous avons grand besoin contre la langue de bois. La mienne se fonde sur le corps, les choses, les espaces, les violences, les énigmes noires ou belles qui nous entourent."

Résultat de recherche d'images pour "arcimboldo"

Commentaires

05.01 | 17:10

Bonjour Any,

J'écoute avec plaisir Léo Ferré que j'ai tardé à aimer...seul Jacques Brel me plaisait .

Comment se présente 2019 pour vous ? Utopia un an déjà

...
02.11 | 07:51

Georges Brassens et sa poésie... pourquoi pas comme thème d’un atelier d’écriture ?...
Merci Anny pour ce texte prouvant son éternité...

...
15.10 | 08:05

Merci Marc pour cette pépite sauvée au temps.

...
14.10 | 10:21

Bonjour Any,

Une nouvelle pépite, que vous connaissez peut être - "Lettre d'une inconnue" - de Stefan Zwieg....

Bon dimanche ,

marc

...